Artemisia Annua, mesure avec la machine quantique LVA.

Connaissez-vous l'armoise annuelle ? C'est la fameuse plante anti coronavirus (interdite à la commercialisation en France).


Dans la médecine traditionnelle chinoise, cette plante est préconisée contre les fièvres, le paludisme, la tuberculose... c'est un antiviral naturel. Elle est présentée comme une alternative à la chloroquine, et elle est très utilisée à Madagascar pour lutter contre le Palud. Mais elle est controversée car, selon le positionnement de l'OMS, les conditions de culture, de conservation, de préparation, de quantité ingérée ne peuvent garantir la dose exacte d'artémisine, son principe actif, et peut donc ne pas être assez efficace contre le parasite responsable du paludisme.


Il n'y aurait donc pas assez de preuves, d'études, de recherches scientifiques en occident pour prétendre que cette plante serait une solution. Signalons toutefois qu'il existe une étude en double aveugle randomisée démontrant que certains de ses agents actifs sont même plus efficaces que la chloroquine contre le palud*. Elle fut d'ailleurs largement utilisée par les autorités sanitaires, dans la province chinoise de Guangdond, en complément aux traitements conventionnels lors de l'épidémie SARS-coV 2 en 2003. Elle a été également prescrite par les autorités à 85 % des cas atteints de la covid-19 en 2019, avec d'autres plantes, en complément ou remplacement des antiviraux conventionnels.


J'ai utilisé la machine quantique Life Vibration Analyser pour mesurer la signature fréquentielle de l'artemisia annua en plongeant quelques feuilles séchées dans un verre d'eau. Mon idée était d'isoler la vibration de la plante et d'en faire un fichier pour le système BFS (Bioenergetic Feeling System) afin d'en faire un remède vibratoire par ondes scalaires (voir explications sur ma page LVA).


Dans le chamanisme Amazonien que j'ai pratiqué, les chamans n'utilisent pas que la "chimie" des plantes. Il y a aussi la partie vibratoire, diffusée au travers des chants sacrés. Ces chants, les Icaros, sont "reçus" grâce à leur reliance avec le règne végétal. Ce savoir intuitif leur a permis de survivre dans la forêt la plus hostile du globe, ce qui n'est pas rien. Pour comprendre le monde ils ont développé une vision animiste, comme tous les chamanismes, et pour lutter contre les esprits des maladies ils ont recours à des esprits de la nature, les plantes. J'ai donc voulu vérifier s'il y avait une cohérence avec le champ d'information de l'artemisia et un possible effet sur le virus. Car si on adopte la vision animiste, les virus sont des êtres vivants, ils ont donc forcément un corps subtil. Il peut être intéressant de pouvoir agir dessus.


Voici le résultat de la mesure :


Dans ce graphique on voit que le plus fort effet corporel se situe dans les chakras du bas. Qualités qui remontent dans la mesure (barres vertes) :

- jaune : prendre sa place (donc pour ne pas être envahi par une énergie extérieure)

- orange : joie de vivre, plaisir (a défaut de pouvoir voir nos amis ou aller à un concert...)

- rouge : enracinement, bonne santé, énergie vitale, résistance aux agressions et aux maladies

- noir (pieds/plan ancestral) : en paix avec les ancêtres, être bien partout, avoir un bon système immunitaire

Les barres bleues représentent la capacité à vider l'énergie stagnante dans le chakra correspondant (mise à la terre des énergies congestionnées)


Ensuite, au niveau des chakras corporels, on retrouve des qualités intéressantes :

Le nombre à gauche des barres vertes représente l'importance du signal, sur 20.

J'ai utilisé la grille de lecture qui sert aussi pour les lieux ou les expériences, qui retranscrit le mieux les effets sur le corps.



Mais cette plante travaille énormément sur les chakras extracorporels, situés dans les 2 m au dessus de la tête, liés aux plans causal et spirituel. En voici les qualités les plus pertinentes :

- blanc nacré : remettre de l'ordre dans les cellules

- cristal : grande expansion et densité du champ vital

- bronze : intégration des vibrations dans le corps



Et au niveau des peurs/croyances/mémoires anciennes, la plante est favorable à ceux qui...

-manquent de discernement (tiens, en ce moment c'est pas évident d'y voir clair)

-manquent de stabilité et sécurité (vous sentez-vous en sécurité lors d'une pandémie?)

-ont été victimes de l'autorité parentale (du coup qui peuvent réagir lors d'abus d'autorité en tous genres, si vous voyez ce que je veux dire)

Bref, tout ça semble faire écho à l'inconscient collectif, en partie.


Et enfin, voici les effets sur les organes :


Elle travaille aussi sur le larynx, la bouche, le cerveau, les cervicales... (il manque le haut de l'écran). Le plus gros du travail se fait sur le bas du corps, mais vous pouvez voir qu'il y a des fréquences qui agissent sur les poumons.

Quand les organes apparaissent en vert, c'est que le produit génère de l'harmonie, apporte de la fluidité énergétique, l'énergie vitale nourrit alors l'organe.


Voilà, je vous laisse en tirer vos propres conclusions, bien évidement ce dispositif de mesure n'est pas un dispositif d'analyse ou de traitement médical, cette étude n'a aucune prétention. Et, dans le doute, il reste toujours le paracétamol.


Toutefois, si vous avez un BFS, c'est avec plaisir que je vous offrirai le fichier vibratoire de la plante. N'hésitez pas à me contacter.


* source : article "covid 19, chloroquine et artémisia, vers une autre solution", blog du Dr Sudan, Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse. https://www.bernardsudan.net/covid19-chloroquine-et-artemisia-vers-une-autre-solution/



A l'affiche
Posts récents
Archives
Tags
Suivez-moi
  • Icône de l'application Facebook

Consultations à Lavelanet (09) ou à distance (téléphone, skype) 

Je suis signataire de la charte éthique des professionnels de l'accompagnement.

Accompagner par l'éthique ®

  • Icône de l'application Facebook

Compte tenu de la loi du 30.04.1946, décret 60669 de l'article l.489  et de l'arrêté du 8.10.1996, les techniques de bien-être ne sont nullement des soins médicaux ou de kinésithérapie mais des techniques de bien-être par la relaxation physique et la détente libératrices de stress et visent l'autonomie de la personne.